Je me suis réveillé avec un mal de tête, un de ces mal qui ne s'estompe guère. Ou alors il faut l'étouffer avant qu'il ne vous bouffe définitivement, cette idée folle d'un blog était né avec l'envie de ne plus souffrir.

Les causes de ce désarroi (qui, il est vrai, devient récurrent) ? Un sondage qui affaisent mon désir de France, qui me donne les raisons de ne plus y croire . 1/4 des Français trouvent les idées de monsieur Le Pen acceptable.

1/4 d'ignorant, 1/4 de go-gos dans mon médicament. Oui j'ai mal à la France ! J'ai 1/4 de siècle, et j'ai la désillusion bien accroché au coeur. Déjà que l'on nous rabâchent les oreilles, avec amplificateur, avec cet homme d'intérieur dont je ne peux plus prononcer le nom :

-Ss, Ss, Sar..non je ne peux plus !

La France du conservatisme est à son paroxysme et s'apprête à se partager le pouvoir par faute de combattant. Ou plutôt d'idées, et cela la rassure la France à papa, la France à Pétain.

Je me sens nu, les paroliers politiques qui nous représentent et sont censés représentés la résistance, ne font que réciter leur opposition. Rien d'autre, proposition, idée de fond...Tout de façon il est trop tard, ils le savent ! Il aurait fallut s'organiser bien avant.

Des gosses expriment leurs raz-le-bol de la misère : nos résistants en ont peurs, ils ne sont plus de leur monde. Il faudrait abattre les tours, recréer des villes à visage humain, trop cher, pas rentable. Le gesn qui vivent là comme les immeubles ont déjà été relégué dans le vide de l'insconcient collectif. On s'en fout même si on fait semblant du contraire.

A quand une révolte, à quand un poing levé au nom de tous, de la jeunesse bafoué, de la misère  sociale ? A quand, à quand on arrête la perfution et on tente la greffe ultime espoir ?

Je suis d'une engeance, et je ne veux pas mourir dans l'indifférence, voir mes droits régressaient. Nous sommes l'électrochoc arrive ?

Les Beruriers Noirs avaient chantaient "la jeunesse emmerde le front National" (porcherie) et ceci :

{la chanter défoule - même si elle est radicale -beruconc088dz en ces temps de cerveau apoplexé}

"Nous sommes les rebelles
nous marchons libres dans la rue
la jungle nous appelle
rassemblons toutes nos tribus
rejoins notre raïa
nous ne sommes pas des soldats
ici y a pas de chefs
tous dans les mêmes galères
nous vivons comme en Afrique
au rythme de nos musiques
la jungle nous appelle
pour une vie nouvelle
nous rejetons le système
et les prisons nous attendent
nous sommes les rebelles
nous ne nous laisserons pas prendre
"