filip tEx porn-star désengagée de tous contrats avec les maisons de productions nationales et internationales, Ex champion de Box Thaï, ex candidat de la télé réalité, ex mannequin...Je sers à vendre du papier, des fringes et tout autres objets dont vous auriez l'utilité. 

Je mange à tous les rateliers, à force je ressemble à un épouventail. De pièces rapportés, mes contrats publicitaires m'imposent la posture homme sandwich de quelques stylistes à la mode ou en passe de le devenir. Mais à force je ne ressemble à plus grand chose, tout dépareillé, une veste verte, un pantalon mauve et une casquette au reflet fluo : a force de vouloir être tendance, on en devient ridcule. Je dois payer mes factures, le luxe que je m'impose comme des éclats de diamants aux yeux du peuple. Donner à rêver. Je suis le support.

filip friendJ'essaye d'être un peu hétéro, même si cette histoire de Martin Vanek me pourit la vie. Cette pédale insolente, patron d'une agence de mannequinnat, organisa un déjeuner soit disant en tête à tête. Quelques jours plustard des clichés circulés en premières pages de la presse trash : une nouvelle idylle avec Martin le gay assumé ?  Je n'en avais pas besoin. Le destin se charge de punir les mécréants, quelques mois après, Martin le vaniteux ferma boutique pour escroquerie de jeunes gens à qui il promettait gloire en échange de prestations sexuelles ou de cash pour un shooting sans lendemain. Il se vantait du nombre exacte de ses conquêtes.

J'essaye de ressembler aux gens, à leur grande majorité, et ce qui les rassemble le plus. Je ne veux pas que le passé me cerne dans le profil de garçon façile.

Le destin. Le destin c'est un tunnel. Je ne peux pas y échapper, faire demi-tour. Je me suis engagé à devenir le meilleur des meilleurs. Sans talent, ni but précis de ce qui caractérise le succés, je sais que la Moravie n'est pas si loin. Du fin fond de ma région lointaine, je n'ai que le goût amer de l'ennui me restant en bouche. Ma bâtardise Slovaque perdue là-bas au loin, oubliée dans cette ville des lumières que je voudrais mienne, Prague la belle !