29 septembre 2006

SIDA : une promesse est une dette

Nous sommes, dit-on, la génération SIDA. Nous sommes la première génération à vivre avec ce fléau depuis notre naissance. Cela nous rend responsables. Cela nous conduit, aujourd’hui, à nous engager et à vous écrire. 40 millions d’hommes, de femmes et d’enfants vivent avec le virus VIH/SIDA. En 2003, 3 millions d’hommes, de femmes et d’enfants en sont morts. Or, des traitements existent, efficaces, pour retarder voire bloquer l’évolution de la maladie. Selon l’OMS, 15 milliards de dollars suffiraient pour enrayer... [Lire la suite]
Posté par benjios à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2006

Je suis pas d'humeur !

Posté par benjios à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2006

Lettre ouverte...à ce qui se reconnaitront !

  Je profite de mon espace de bloggeur fou pour vous parler à tous, en même temps, cela m’évite de répéter à tous la même histoire…et de répéter tout le temps mon admiration à votre égard (c'est bien par ce que l'on me l'a demandé). Un pote, c’est un type avec qui on se tape des purs moments de bons délires, sans penser à demain. Un ami, c’est presque pareil, sauf que demain, on sait qu’il sera là, à nos côtés, mêmes dans les mauvais moments. L’amitié c’est de l’amour retenu. Alors commençons par le début, mes... [Lire la suite]
Posté par benjios à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2006

Ce soir comme une autre mélancolie...

ALLEE DES COQUELICOTS J'ai rencontré souvent Dans l'épaisseur des villes Des types comme toi Errants sous les néons Des fugueurs de partout D'Asnieres ou de Belleville Qui cherchent dieu sait quoi Et ne sont qu'un prénom Ils marchent sur un fil Familiers des frontières Pour le moindre regard Ils te donnent leurs yeux Ils t'offrent leur sourire Comme entrée en matière Ce n'est pas le trottoir Non mais c'est sa banlieue Puis devant un lait-fraise Ils parlent comme en songes En trichant sur leur âge Ils... [Lire la suite]
Posté par benjios à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2006

Pieer Seel, nous souvenir à jamais

"Pour un plaisir, mille douleurs." Citation de François Villon (1463)  Cette phrase résume le destin tragique de cet homme marqué à jamais dans son cœur et dans son corps, par la cruauté nazie. Pierre Seel se souvient… "Les zazous étaient bien évidemment détestés des nazis qui, de l'autre côté du Rhin, avaient depuis longtemps décimé l'avant-garde culturelle allemande, interdit le jazz et tous les signes visibles d'une quelconque particularité comme autant de dégénérescences de la culture... [Lire la suite]
Posté par benjios à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2006

Lettre d'amour :Le jour où il est parti avec une postière

J'écris pour ne pas flancher, devant cette incompréhension pure qui nous pousse vers la fin de l'histoire. Quel a été le déclic de cette sortie ? Je n'en sais pas encore les tenants et aboutissants. Peut-être la fatalité, et la poisse qui me colle aux basques que tu as voulu fuir. Je n'étais pas assez "reluisant" a ton goût, pas assez "banquable". Tu n'as pas cru en moi, voilà. Et tu me la fait savoir par des moyens les plus crasses, le silence, les petits gestes et petits mots au détour qui font mal, je n'y... [Lire la suite]
Posté par benjios à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2005

Lettre d'amour - du 31/08/2005

Cet indicible espoir qui reste ancré comme un poids chariant son lot de souvenir. Nous sommes deux navires chavirés l’un sur l’autre, dans lequel les capitaines ont déjà hissé le drapeau noir et se sont carapatés nous laissant libre choix quant à nos années futurs. Ou est cet espoir du meilleur que nous renfermons, toi et moi ? Ou est cet homme fier qui ne dérogeait pas à ses valeurs, à son honneur…Quand mettra-t-il fin à l’histoire, jusqu’à la haine, jusqu’à l’écoeurement ? C’est cela ta conception de la vie : laisser pourrir et... [Lire la suite]
Posté par benjios à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2005

lettre à Bernard et aux bernards de la terre entière

Pourquoi tant de haine, pourquoi tant de secousses infligées et cette vie qui s'amenuise. Comme une prière, je m'en vais répétant tout ce qui t'a déconstruis et je pense à l'avenir meilleur. Les cantiques ne suffiront pas à apaisés mon âme toumentée, d'ailleurs les resassements non plus. Vie, deviens plus dur, dure la vie encore plus fertile mon grand et ne te retourne pas. Ici et d'ailleurs, les drames existent pour que les hommes debout reste dans leur stature avec juste l'impression que cela ne doit pas se répéter. Ne regarde... [Lire la suite]
Posté par benjios à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]